Le forum pour discuter, radio, médias et actualité
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 24. Les écoles publiques se vident

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: 24. Les écoles publiques se vident   Mer 2 Aoû - 18:22

- "Depuis huit ans, le réseau public a perdu 84 227 élèves, alors que le privé en a gagné 18 074."

- "Le président de la Centrale des syndicats du Québec, Réjean Parent, somme le gouvernement du Québec à sabrer dans les subventions au secteur privé."

http://www.cyberpresse.ca/article/20060731/CPACTUALITES/60731018/1028

---

Il est intéressant de noter qu'il s'agit encore d'une charge syndicale contre le privé: pas de privé dans la santé, pas de privé dans l'éducation non plus?

Beaucoup de gens - de plus en plus, selon ces statistiques - sont prêts à débourser doublement (soit pour l'école publique, avec leurs impôts, et également des milliers en plus pour l'école privée) pour éviter l'enfer de l'école publique à leurs enfants.

Pour avoir plus de services, et que leurs enfants ne soient pas envoyés dans une prison pour enfants que sont les écoles publiques. Et, par le fait même, détruits dans ces prisons.

La solution pourrait être de rendre les écoles publiques plus compétitives; de chercher à corriger ce qui ne marche pas dans les écoles pour offrir un environnement saint et constructif à votre enfant au lieu de le forcer dans un groupe avec des psychopathes, des saoulons et des drogués qui vont se payer "du bon temps" avec votre enfant naïf, avec la complicité des professeurs syndiqués.

Au lieu de ça, le syndicat cherche à démolir le système privé pour ramener les étudiants dans le public. Cherchent-ils à démolir, comme d'habitude, le système vendeur-client pour étendre le communisme (vous n'êtes pas un client même si vous payez, et vous bénéficiez de ce qu'on veut bien vous donner)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Sam 5 Aoû - 2:18

Je ne comprend pas vraiment pourquoi les parents envoient leurs enfants au privé, alors qu'à l'école public ils ont sensiblement les mêmes services et qu'ils payent cette dernière à 100%. Au privé, c'est financé à 60% et en plus les parents doivent payer plusieurs $$$ de plus. Les services offert ont l'air semblablent des 2 côtés...

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
Simon Forgues



Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Sam 5 Aoû - 9:24

Admin a écrit:
Je ne comprend pas vraiment pourquoi les parents envoient leurs enfants au privé, alors qu'à l'école public ils ont sensiblement les mêmes services et qu'ils payent cette dernière à 100%. Au privé, c'est financé à 60% et en plus les parents doivent payer plusieurs $$$ de plus. Les services offert ont l'air semblablent des 2 côtés...
Ça prend toutes sortes de monde pour faire un monde. Même des gens qui aiment flamber leur argent inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simonforgues.net
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Mar 8 Aoû - 0:27

M Forgues et Admin, je me questionne sur votre âge et si vous bien connectés sur la réalité que vivent les adolescents actuellement dans les écoles secondaires publiques, que ce soit en région ou dans les grandes villes (par exemple Montréal).

Particulièrement M Forgues qui prétend être concerné par le bien-être des enfants dans la thread sur l'intolérance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Mar 8 Aoû - 0:50

RedHat a écrit:
M Forgues et Admin, je me questionne sur votre âge et si vous bien connectés sur la réalité que vivent les adolescents actuellement dans les écoles secondaires publiques, que ce soit en région ou dans les grandes villes (par exemple Montréal).
Oui, je suis assez bien connecté sur la réalité que vive les adolescents dans les écoles secondaires publiques. Effectivement, comme vous dites il y a dans les écoles secondaire publics
Citation :
des psychopathes, des saoulons et des drogués qui vont se payer "du bon temps" avec votre enfant naïf, avec la complicité des professeurs syndiqués.
Je suis d'accord à 100%, mais il y en a aussi dans les écoles privées. Oui, la clientèle est plus fortunée dans les écoles privées mais il y a malheureusement des fous des 2 côtés (comme partout sur la planète). Personne n'est protégé des pédophiles et autres malades de ce monde. En voici un exemple: http://lcn.canoe.com/lcn/infos/faitsdivers/archives/2006/08/20060807-204257.html

À Montréal, la situation est probablement différente, étant donné qu'il y a plusieurs gangs de rues dans les écoles publiques, ce qui doit être mieux contrôlé au privé. Dans le centre-ville de Québec, je crois que le problème est probablement présent, mais moins important qu'à Montréal. Dans ce cas, je suis d'accord que le privé est mieux que le public, mais partout ailleurs en province, je crois que les écoles publiques s'en tirent assez bien. Cependant, elles ont encore beaucoup de croutes à manger, nottament sur la surveillance et la sensibilisation auprès des élèves afin que tout le monde retrouvent confiance en eux.

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Mar 8 Aoû - 1:00

Citation :
des psychopathes, des saoulons et des drogués qui vont se payer "du bon temps" avec votre enfant naïf, avec la complicité des professeurs syndiqués.

Par ces épithètes, je désigne des "étudiants" et non pas des adultes (étudiants étant entre guillements parce qu'ils ne viennent pas, exactement, étudier).

Vous pensez que c'est pareil au privé?

J'ai une anecdote là-dessus. À l'école publique, on a reçu une nouvelle étudiante en secondaire 2. Elle était timide, n'avait pas beaucoup d'ami(e)s, et elle avait été expulsée de son école privée pour avoir volé de la nourriture à la caféteria.

Au privé, les saoulons, drogués et criminels psychopathes en tout genre n'obtiennent pas nécéssairement la complicité des professeurs comme c'est le cas au public.

(Note: Mais vous comprenez les écoles montréalaises.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Mar 8 Aoû - 1:28

Je ne croyais pas que quelqu'un pouvait se faire expulser d'une école privé pour vol de nourriture. Merci de me l'apprendre...je suis entrain de changer d'opinion sur les écoles privées vs publiques. D'ailleurs au public, des jeunes font beaucoup plus que ça et après 5 avertissements(minimum) se font exclure pour une 1/2 journée...ce qui leur fait grand plaisir.
RedHat a écrit:
Et vous osez me dire que c'est pareil au privé? Que les saoulons, drogués, et criminels psychopathes en tout genre obtiennent la complicité des professeurs "comme au public"?
C'est sur qu'il y en a probablement. Un pourcentage beaucoup plus bas qu'au public cependant. C'est sur que des pédophiles ont déjà été engagés au privé, mais probablement un pourcentage plus bas qu'au privé.
RedHat a écrit:
Par ces épithètes, je désigne des "étudiants" et non pas des adultes (étudiants étant entre guillements parce qu'ils ne viennent pas, exactement, étudier).
Au public, il y a beaucoup de jeunes qui vont simplement à l'école par obligation. J'écoutais ''Sucré-Salé'' ce soir et l'invitée était la jeune chanteuse Marilou. Elle dissait avoir des cours privé à l'école, donc elle ne peut pas écrire, parler, dormir, etc, etc durant les cours comme les autres jeunes. Voilà un bon exemple de jeunes qui ne veulent pas aller à l'école et qui vont se retrouver prestataire d'aide sociale à 18 ans. Les écoles en sont remplies.

Pour plusieurs jeunes l'école c'est: du social, faire la vente de stupéfiants, consommer des stupéfiants, faire des cochoneries avec d'autres jeunes en cachette, intimider ceux qui sont différent d'eux, rires d'eux en plein visage et rire des proffesseurs. Au privé, c'est probablement moins présent mais peut-être que 5% des jeunes peuvent être inclus dans celà.

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Mar 8 Aoû - 3:15

Pour préciser quelquechose, je ne dis pas non plus que la fille méritait d'être expulsée de son école privée pour avoir volé quelquechose à la cafétéria (et non pas d'un autre étudiant), ça me semble une grosse punition pour quelquechose de relativement mineur.

Mais ça peut démontrer que s'ils vont jusqu'à trop en faire (comme dans ce cas, selon moi), ils vont traiter les éléments réellement dangereux (ceux qui volent les autres étudiants, les éléments criminels, etc.) avec autant de sévérité.

Dans une école publique, il n'y a pas nécéssairement beaucoup d'avertissements. Après un ou deux "avertissements", le criminel dit à sa victime: "si tu continues de parler, je vais te tuer". Et la victime le croit, puisque l'agresseur fait ce qu'il veut sans conséquences. Les avertissements cessent parce que la victime finit par craquer. Les professeurs (femmes ou hommes féminisés) deviennent complice de l'agresseur, en disant: "il faut juste lui montrer que ce qu'il fait n'est pas bien". Quelque chose qu'on retrouve dans la société en général, mais nulpart autant généralisé qu'à l'école secondaire publique.

Sans compter que les éléments criminels peuvent être relativement nombreux et en gang (fraternité criminelle), comme c'est le cas habituellement de toute façon avec les criminels; ils finissent toujours par s'associer.

Citation :
Au public, il y a beaucoup de jeunes qui vont simplement à l'école par obligation.

Avec la distinction que la graine criminelle des écoles publiques ne se rendent pas au cégep. Ils entrent au secondaire 1 avec des 60%, se moquent des "osties de nerds de colice de tabarnac", prennent de la "bonne bière", et finalement ne se rendent jamais jusqu'en secondaire 3 ou 4. Ils sortent complètement du milieux scolaire ou font un DEP.

Finalement, ils ne se seront que "payé du bon temps" avec "des osties de nerds" pendant deux ou trois ans. Ils sortiront du milieu non pas pour leurs actions, mais pour avoir "foxé" trop de cours ou à cause de leurs échecs scolaires.

Citation :
Voilà un bon exemple de jeunes qui ne veulent pas aller à l'école et qui vont se retrouver prestataire d'aide sociale à 18 ans.

Deviennent t-ils réellement des prestataires de l'aide sociale? Je l'ignore. J'ai toujours essayé de voir où ces individus vont après avoir disparus du milieux scolaire en secondaire 2 ou 3 et ma théorie est qu'ils font, tôt ou tard, des DEP en construction, en soudure ou des choses du genre.

Que, donc, les chantiers de construction, les Gaspésia et compagnie, servent aussis de ramassis pour les éléments criminels de la société.

Mais ça, c'est juste ma théorie.

Une chose est sure, il ne sont pas nécéssairement morts après avoir disparu du milieu scolare. Ils sont en quelquepart ces gens-là...

Citation :
Pour plusieurs jeunes l'école c'est: du social, faire la vente de stupéfiants, consommer des stupéfiants, faire des cochoneries avec d'autres jeunes en cachette, intimider ceux qui sont différent d'eux, rires d'eux en plein visage et rire des proffesseurs.

Oui, et ils apprennent que la loi, c'est la loi du plus fort. Everyone for himself. Juste essayer d'être celui qui n'est pas la victime... Et d'appartenir à quelquechose, d'être un drogué, un membre de la "clique", pour ne pas être victime soi-même. Parce que la victime, c'est celui qu'on crache et qu'on harcèle pour se donner du plaisir impunément.

Être l'agresseur pour ne pas être la victime.

Quand on étudie la psychologie derrière les écoles publiques, on se rend compte que c'est la même psychologie que celle d'une prison. Les dynamiques sont les mêmes.

Si on avait des scientifiques sérieux, ça ferait une bonne thèse de doctorat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 1:25

On pourrait utiliser cette thread pour partager nos expériences avec les "produits" de l'école secondaire publique...

---

Ce soir, j'étais occupé chez moi à faire quelquechose lorsqu'un de ces étudiants est passé devant chez moi, regardant à travers la vitre ce que je faisais, et s'est arrêté, s'est approché de ma vitre en me regardant (et moi le regardant également), pour faire des gestes, disont, inappropriés - tout en riant beaucoup - et a ensuite poursuivi son chemin.

Je suis sorti de chez moi pour aller à sa rencontre. Je savais que c'était lui mais j'ai quand même dit machinalement "c'est vous qui avez fait ça?" et lui, de répondre, "euh non... c'est pas moi..." tout en se donnant un air innocent.

C'est ce qu'il a appris à l'école secondaire publique; d'être manipulateur et que ses manipulations marchent bien avec les professeurs (et lui donne du crédit parmis les étudiants). Il met en pratique ses acquis.

Je lui ai dit ce que j'avais à dire et je suis parti.

Mais est-ce vraiment celui qui je devrais blâmer? Après tout, il ne s'est qu'adapté au milieu de vie de ces écoles qui sont la loi du crosseur, du menteur, du manipulateur, du plus fort, de l'agresseur.

Il s'est fait envoyer dans une prison pour enfant et agit comme un détenu, est-il celui qui est le plus à blâmer?

Partageons nos histoires Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 1:55

Malheureusement votre expérience est quelque chose de très fréquent, principalement à Québec et Montréal, mais également à travers la province sur un plus bas pourcentage. Par exemple dans le centre-ville de Québec, les édifices sont près des rues et bien souvent les jeunes ont accès facilement aux murs et aux tois des maisons et commerces et ne se gênent pas pour laisser leurs traces. Je crois que vous habitez à Montréal, mais si vous habiteriez au fin fond d'un rang quelque part dans la province, vous n'auriez certainement pas le même problème. La cause: les jeunes ont un peu moins d'influence.

Un jeune fait quelque chose de bon (pour eux) et le contraire pour les gens normaux et se sent fort. Pour ne pas avoir l'air fou, son ami fait pareil et ça continue tout le temps. Est-ce que l'école est responsable? Elles n'aident pas en donnant le bon exemple, mais elles ne sont pas responsable à 100% Elles peuvent faire en sorte que ça se détériore en partie, mais les parents sont également responsable ainsi que les jeunes qui pour plusieurs ne savent pas ce qu'ils font. Lorsque des jeunes de 13 ans prennent de la boison, ils n'ont pas leur tête par la suite et pourtant ils se promènent dans les rues à faire des folies.

Ton homme est un menteur comme plusieurs autres, mais il n'apprend pas tout à l'école.

Je vais revenir avec des histoires...

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 2:08

Citation :
Est-ce que l'école est responsable? Elles n'aident pas en donnant le bon exemple, mais elles ne sont pas responsable à 100%

Si l'école n'est pas responsable, pourquoi est-ce que ce sont toujours des étudiants de l'école publique qui agissent de la sorte et qu'on entend rarement - voir jamais - parler des étudiants de l'école privée?

Dans mon raisonnement, je vais jusqu'à me poser la question suivante: est-ce que, aujourd'hui, ce jeune aurait fait ce qu'il a fait si ses parents l'avait envoyé à l'école privée plutôt que dans une prison pour enfants?

Et la réponse: Je pense qu'il ne l'aurait pas fait.

Si j'ai raison, c'est extrêmement profond de sens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 2:23

Quoique je suis d'accord que l'école n'est pas 100% responsable... ces gens-là ont leur part de responsabilité également. Peu importe les circonstances, on est responsable de ses actes (et accountable).

Mais ça aide pas quand on passe les gens dans ce genre de tordeur, et à mes yeux l'école publique partage une responsabilité dans ce qui est m'est arrivé aujourd'hui...

Même que je vais jusqu'à poser la question: est-ce que l'école publique est la première responsable, encore plus que cet adolescent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simon Forgues



Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 8:51

La société québécoise a voulu se donner au cours des vingt-cinq dernières années environ, une génération de "kids" à la clé dans le cou.

J'en connais un lot comme ça. Ni moi, ni mes frères. Heureusement.

Maman s'est occupé de faire de nous des gens que j'estimerais convenables. Papa aussi d'ailleurs.

On a tous réussi pas pire, n'avons jamais fini au poste de police, mais la délinquance juvénile s'accroît depuis quelques années. Pourquoi ? Je ne pense pas avoir la seule réponse valable, mais...

Exemple de la famille d'aujourd'hui : Papa et maman courent pour préparer le départ. On déjeune à la sauvette, on beurre les tranches de pain vite fait et on s'habille en quatrième vitesse. Bisou, bisou. C'est le grand départ. Tout le monde doit aller travailler si on veut les deux chars, le Playstation, l'ordinateur, la maison au centre-ville, etc.

« La clé au cou, ne touchez à rien quand vous reviendrez. Faites pas fonctionner le four, si vous voulez une collation, il y a des pommes et des oranges au frigo. Soyez gentils en attendant que papa et maman soient de retour. On ne rentrera pas tard, comme d'habitude. »

Retour à la maison, la course recommence en sens inverse. Faut pas sortir du lit, faut plutôt y entrer bientôt. Papa n'a pas le temps de t'aider dans tes devoirs, maman est trop brûlée pour regarder ça. Et puis, il y a Virginie qui n'attendra pas, elle, dans sa polyvalente télévisuelle.

Un constat : Quand j'avais, disons cinq, peut-être même huit ou neuf ans, des publicités du gouvernement qui rappelaient aux parents de s'occuper de leurs enfants et de les écouter quand ils parlent, il n'y en avait pas de ça.

Seconde constatation : On pourrait vous trouver tout un paquet de parents (méritent-ils vraiment le titre) qui n'élèvent pas leur progéniture mais en confie le rôle aux enseignants. Mais, que le professeur ne s'avise jamais à servir une remontrance à l'enfant, autrement il goûtera à la médecine "papa-maman" : « Tu ne commenceras pas à me montrer comment élever (ou ne pas élever devraient-ils dire) mes enfants ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simonforgues.net
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 20:26

Citation :
Maman s'est occupé de faire de nous des gens que j'estimerais convenables. Papa aussi d'ailleurs.

Vous donnez du crédit à vos parents qu'ils n'ont peut-être pas, peu importe le clan dans lequel vous vous trouvez.

1) Vous êtes un agresseur potentiel.

Le genre de psychopathe qu'on retrouve dans les écoles secondaires n'est pas nécéssairement dû à la manière dont ils ont été élevés. Peu importe ce qui se passe à la maison, ils s'en foutent; et au pire le plus de "discipline" qu'ils reçoivent à la maison, le plus ils se défouleront sur des personnes vulnérables à l'école.

C'est leur nature, et est-ce que les parents peuvent vraiment changer la nature de ce genre de personne?

Pierre Mailloux dit que, dans le temps, les gens avaient davantage de GBS (gros bon sens) et que ce genre de personne était envoyé dans des écoles de réforme, le cadre y étant très rigide (vu la nature de ces gens). St-Jean de Bosco en était une. Ces écoles n'existent plus de nos jours.

2) Vous êtes une victime.

Si vous êtes une victime, qu'est-ce que vos parents font pour vous "éviter des problèmes"? La seule chose qu'un parent peu faire, c'est de protéger son enfant. Non pas lui "donner des conseils", mais le protéger; ça peut vouloir dire faire une job de bras si nécéssaire (envers les agresseurs).

Très, très peu de parents font cela de nos jours.

La preuve, c'est qu'ils continuent de les envoyer dans des écoles secondaires publiques où ils vont passer dans un tordeur d'une façon ou d'une autre et les parents "s'en foutent".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Ven 11 Aoû - 23:58

RedHat a écrit:
Dans mon raisonnement, je vais jusqu'à me poser la question suivante: est-ce que, aujourd'hui, ce jeune aurait fait ce qu'il a fait si ses parents l'avait envoyé à l'école privée plutôt que dans une prison pour enfants?

Et la réponse: Je pense qu'il ne l'aurait pas fait.
Le jeune peut fréquenter une école privée, mais son voisin pourrait fréquenter le public donc par le fait même être presque un ''étudiant'' du public. Il y a aussi la télévision, l'internet, les revues et pleins d'autres sources qui influencent de plus en plus les jeunes. Par exemple: la mode. Si j'enferme quelqu'un dans une cave coupé de tout, il ne saura pas ou en est rendu la mode. Après 2 ans, j'ouvre la porte accompagné d'une télévision avec un bulletin de nouvelles sur l’écran. Il va savoir à l'instant ou en est rendue la mode (même s'il est enfermé depuis 24 mois).

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Sam 12 Aoû - 0:28

RedHat a écrit:
Pierre Mailloux dit que, dans le temps, les gens avaient davantage de GBS (gros bon sens) et que ce genre de personne était envoyé dans des écoles de réforme, le cadre y étant très rigide (vu la nature de ces gens). St-Jean de Bosco en était une. Ces écoles n'existent plus de nos jours.
Est-ce que ces écoles pourraient revenir en 2006? Je ne suis pas sur...la raison, peut-etre le GBS qui a diminué au fil des années. Pour quelles raisons ces écoles ont-elles été fermées, et depuis quand?

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Sam 12 Aoû - 1:26

Citation :
Le jeune peut fréquenter une école privée, mais son voisin pourrait fréquenter le public donc par le fait même être presque un ''étudiant'' du public.

Jusqu'à un certain point, oui. Mais mon opinion est que l'école laisse des traces profondes chez beaucoup d'adolescents.

L'étudiant, dans le privé, peut être influencé. Boire de la bière, prendre du pot... mais venir dans ma fenêtre me faire des gestes inappropriés en pleine face?

Je pense que ça prend absolument un produit de l'école secondaire publique pour faire ça.

Que l'étudiant de l'école privé, autant influencable peut-il être, verra cet acte comme étant incompatible avec son milieu de vie. Lui n'est pas allé dans un zoo et n'a pas vécu la loi du plus fort au quotidien...

Citation :
la raison, peut-etre le GBS qui a diminué au fil des années.

Pierre Mailloux le pense, je le pense aussi.

Citation :
Pour quelles raisons ces écoles ont-elles été fermées, et depuis quand?

Je ne sais pas, la question est bonne. Je me souviens dans ma jeunesse que St-Jean de Bosco revenait souvent (par exemple Rock & Belles Oreilles) et après un certain temps, on a complètement cessé d'en entendre parler et ces écoles (de réforme) seraient disparues. Peut-être ferai-je un peu de google...

Je ne sais pas non plus comment le GBS est disparu et comment on en est arrivé ici. Food for thought.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simon Forgues



Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Sam 12 Aoû - 11:06

RedHat a écrit:
mais venir dans ma fenêtre me faire des gestes inappropriés en pleine face?

C'est parce qu'ils ont lu ton thread sur les pédophiles, tu penses ?

clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simonforgues.net
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Dim 13 Aoû - 3:15

Une autre vient de m'arriver. Je marchais dans la rue quand un adolescent marchant en sens contraire, à ma hauteur, a craché au sol en me croisant, à proximité de moi mais sans m'atteindre.

J'ai continué ma route, lui s'est arrêté à cet endroit pour uriner sur le mur d'un immeuble à logement.

C'est une rue relativement passante, même à cette heure de la nuit. Ça ne le gênait pas du tout, il prenait bien son temps.

(C'est un cas moins direct que celui qui a fait des gestes dans ma fenêtre, mais digne de mention néanmoins.)

Et j'ai encore ma théorie: que ça prend absolument un produit de l'école secondaire publique pour faire ce genre de chose.

Citation :
C'est parce qu'ils ont lu ton thread sur les pédophiles, tu penses ?

Non, et j'irais plus loin: ça ne prend pas nécéssairement de raison pour que quelqu'un en agresse un autre (une agression peut prendre plusieurs formes: physique, verbale ou de contrôle).

En psychologie, on dit que toute émotion est nécéssairement le fruit d'une pensée; qu'une pensée précède une émotion et non pas l'émotion précède la pensée.

Moi j'ajouterais que la haine (le désir du mal) est une des rares émotions qui précède la pensée; elle existe et cherche a s'exprimer avant même qu'il y ait une pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Dim 13 Aoû - 11:22

RedHat a écrit:
Une autre vient de m'arriver. Je marchais dans la rue quand un adolescent marchant en sens contraire, à ma hauteur, a craché au sol en me croisant, à proximité de moi mais sans m'atteindre.
Quand à moi, un jeune de 3-4 ans a déjà essayer de me cracher dessus. Il faut croire que ça s'apprend avant le secondaire. D'ailleurs près des portes des écoles secondaires, c'est plein de crachat...impossible pour quelqu'un de ne pas marcher dans ça.
RedHat a écrit:
J'ai continué ma route, lui s'est arrêté à cet endroit pour uriner sur le mur d'un immeuble à logement.
La plupart de ceux qui font ça, sont les adolescents ou des jeunes adultes mais Robert Gillet l'a fait le 17 mai 2005 sur un trotoir du Vieux-Québec http://www.radioactu.ca/radio-actualites-radios/48168-67/Robert-Gillet-L-exanimateur-se-soulage.html Lui on peut lui pardonner puisqu'il y avait probablement une petite fille et qu'il devait absolument descendre son pantalon Laughing La prostitution juvénile, pensez-vous que c'est relié aux écoles secondaires publiques?

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
RedHat



Nombre de messages : 893
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Lun 14 Aoû - 7:32

Ne mélangeons pas les choux et les carottes...

Je parle d'adolescents du secondaire et non pas d'enfants ou d'adultes. Et je n'arrive pas à croire qu'un étudiant de l'école privée pourrait faire ce que ces deux adolescents ont fait.

J'aime moins le deuxième cas parce qu'il est indirect. Il faut le prendre dans son ensemble: crachat à proximité de moi pouvant être une sorte de signe de "va chier", pour ensuite quasi-immédiatement uriner.

J'ai BEAUCOUP de misère à croire que c'aurait pu être un étudiant de l'école privée mais que le "hasard" veut que c'en soit un de l'école publique.

Y'a pas de hasards dans vie.

---

Merci pour l'histoire sur Robert Gilet, je ne la savais pas. Il ne faut pas oublier non plus Michèle Richard qui, revenant d'un enregistrement d'évangélisation 2000, s'est fait dire que les chiens sont interdits. Elle s'est obstinée, est entrée dans l'appartement, fermé la porte, baissé ses pantalons et a uniné et déféqué sur le plancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 24. Les écoles publiques se vident   Aujourd'hui à 18:08

Revenir en haut Aller en bas
 
24. Les écoles publiques se vident
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mai 2013] Pub pour la compétition Coles
» "Le premier pas" - "Les Enfoirés - Tous dans
» Une école de Rap???
» Mika et ses choix professionnels
» L'harmonie des peuples (XIX,XXème siècles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres sujets :: Éditoriaux-
Sauter vers: