Le forum pour discuter, radio, médias et actualité
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'avenir de la télévision

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 2:09

Je viens d'entendre à la première chaîne de Radio-Canada que Radio-Canada et TVA veulent que leur signal ne soit plus disponible sur les ondes hertéziennes. La diffusion se ferait exclusivement par satellite ...et probablement sur le cable Idea Le sujet sera abbordé aux audiences du CRTC à Gatineau la semaine prochaine.

Si vous en savez plus, ou si vous trouvez un article là dessus, merci de nous en faire part...

_________________
http://radio.ckoitonblogue.com/

http://www.deuxiemechance.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
Mystery & Obscur



Nombre de messages : 473
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 8:35

Je crois que l'avenir est à Internet, avec le net on peut choisir l'information qu'on veut. You Tube remplace les émissions de TV.

Les journaux comme La Presse et TVA ont peur du net. Avec le NET vous avez accès à toute l'information baisé où non. Les médias sont déja biaisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eastmain



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 22/11/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:29

Mathieu Gaudreault a écrit:
Les journaux comme La Presse et TVA ont peur du net. Avec le NET vous avez accès à toute l'information baisé où non. Les médias sont déja biaisé.

Tout le monde est biaisé, dans tous les cas. Ça m'a toujours fait rigoler, cette incessante recherche de l'objectivité dans les différents médias. Tout le monde se revendique d'être objectif et critique ceux qui ne le sont pas. Alors que, dans les fait, l'objectivité véritable n'existe tout simplement pas.

La seule objectivité qui tienne, c'est lorsque l'on est véritablement conscient de nos biais, de notre subjectivité, et qu'on travaille en fonction du fait que l'on ne peut que voir subjectivement les choses.

Donc : oui, les médias sont biaisés. Comme tout le reste. Il n'y a rien (ou presque) qui n'est pas biaisé, d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystery & Obscur



Nombre de messages : 473
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:34

Sur internet au moins on peut trouver l'information qui nous plaît. Un média devrait annoncer ses intentions sur le média concerné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carole



Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:35

Information qui nous plaît ?

Ce n'est pas plus objectif et tout autant biaisé ... sinon plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogsimplement.blogspot.com/
Mystery & Obscur



Nombre de messages : 473
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:38

Floralie a écrit:
Information qui nous plaît ?

Ce n'est pas plus objectif et tout autant biaisé ... sinon plus !



Sur Internet on peut trouver tout ce qu'on veux mais pas sur la TV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carole



Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:45

Bien sûr .... on peut tout trouver sur internet et malgré tout ce n'est pas plus objectif et tout autant biaisé que la télé ! Ce n'est pas plus crédible ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogsimplement.blogspot.com/
Mystery & Obscur



Nombre de messages : 473
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 16:51

Floralie a écrit:
Bien sûr .... on peut tout trouver sur internet et malgré tout ce n'est pas plus objectif et tout autant biaisé que la télé ! Ce n'est pas plus crédible ...



J'aurais pas dû dire neutre. Je m'excuse mais sur Internet on peut trouver tout à son goût.

Exemple: si je suis un libertarien au moins sur internet je peux trouver des informations là dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simon Forgues



Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 18:24

En citant les sondages BBM, le site Internet du CRTC a écrit:
Selon les résultats de l’enquête du printemps 2006, la pénétration combinée de la télévision par câble et SRD atteint environ 90,3 %, ce qui signifie qu’environ un téléspectateur canadien sur dix seulement dépend maintenant de la réception en direct.

Radio-Canada va laisser tomber comme ça en criant "ciseaux" environ 3 millions de Canadiens ? Pas sûr que ça va passer comme une lettre à la poste. Pas sûr de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simonforgues.net
Simon Forgues



Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Mer 22 Nov - 18:28

C'est certainement pas dans un horizon de deux ou trois ans que ça va se faire en tout cas. Vous, citoyens des zones urbanisées, avez accès facilement au câble, mais pas tout le monde de tout le reste du pays. Et ça coûte quoi au juste à Radio-Canada de desservir ce monde-là depuis le temps que les antennes sont plantées ?

Je ne parle pas pour moi, on l'a le câble et l'Internet. Je questionne juste la pertinence de ça, là. Pour Radio-Canada surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simonforgues.net
Admin
Admin


Nombre de messages : 2608
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Lun 27 Nov - 0:24

La télé joue son avenir

Nathaëlle Morissette

La Presse

L'époque des oreilles de lapin est-elle finalement révolue? Pour syntoniser Bernard Derome au Téléjournal ou pour suivre les intrigues du téléroman La Promesse, les téléspectateurs devront-ils dorénavant s'abonner au câble? Dans le cadre des audiences publiques organisées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui commencent demain, télédiffuseurs, distributeurs et fournisseurs de câble se pencheront sur l'avenir du petit écran.

Et l'exercice, qui pourrait durer sept jours, risque de donner lieu à une intense partie de bras de fer. Dans le coin droit se trouvent notamment Radio-Canada, TVA et TQS, des chaînes généralistes, appelées chaînes de télévision en direct pouvant être captées sans le câble. Celles-ci veulent avoir accès à des redevances en obtenant une fraction de la totalité de la facture du câble que paient les consommateurs. Ces canaux, qui souhaitent s'adapter aux grands bouleversements technologiques comme les nouvelles plateformes et la haute définition, veulent avoir leur part du gâteau pour être capables d'investir et de suivre la cadence. Des chaînes telles que CTV et TV Ontario s'ajoutent au groupe.

Dans le coin gauche se tient entre autres Astral Média, propriétaire de 17 canaux de télévision payants et spécialisés au Québec, qui a accès aux frais d'abonnement et qui refuse que ses redevances diminuent au profit des chaînes généralistes.

Au centre de cette bataille: le consommateur. Au bout du compte, il pourrait devoir payer une facture plus salée si l'ensemble des chaînes, généralistes et spécialisées perçoivent des frais d'abonnement.


L'argent, nerf de la guerre

Pour voir plus clair dans ce tout nouveau contexte télévisuel, le CRTC a convié ces acteurs à venir exposer leur vision de l'avenir. Quelque 60 participants, qui ont préalablement déposés des mémoires, défileront ainsi devant les représentants du CRTC afin de proposer différentes avenues visant à préserver la santé et la qualité de l'univers télévisuel au pays.

«Le CRTC donne l'occasion à tous ces joueurs de venir présenter ce qu'ils croient que le Conseil devrait faire pour protéger la santé économique, culturelle, technologique de l'industrie, résume Pierre Bélanger, spécialiste en technologies émergentes à l'Université d'Ottawa. L'industrie vient éduquer le CRTC. Évidemment, tout le monde a des intérêts différents. Il y a le discours de ceux qui profitent actuellement du système, les chaînes spécialisées, et qui estiment que les règles du jeu sont parfaites. Et il y a celui des autres chaînes (qui se disent victimes de discrimination).»

Dans tout ce débat, l'argent est donc le nerf de la guerre. Et pour les chaînes généralistes, l'accès aux redevances est nécessaire pour dénouer la crise qu'elles disent traverser. «L'économie de la télévision ne va pas bien, soutient le vice-président des services français à Radio-Canada, Sylvain Lafrance. Si on additionne les problèmes de fragmentation, de la baisse des revenus publicitaires, des coûts de production qui augmentent, du passage à la haute définition, il y a un problème entre les revenus qu'on touche et ce dont on a besoin pour continuer de produire de la télé. Les frais d'abonnement vont servir d'une part à combler un écart qui est en train de se créer et d'autre part à enrichir le système.»

Du côté de TVA, propriété de Quebecor, on tire littéralement la sonnette d'alarme. «Avec la façon dont le système est bâti, le groupe Astral Média est devenu une machine à imprimer des billets verts, affirme le vice-président de Quebecor, Luc Lavoie. Le déséquilibre est tellement fort que, si le CRTC n'agit pas, il va y avoir une disparition des télévisions généralistes», prédit-il.

Pour éviter que le consommateur soit le grand perdant en payant davantage, Quebecor estime que les redevances déjà perçues devraient être redistribuées. Par exemple, si les téléspectateurs paient 50$ en frais d'abonnement qui sont ensuite partagés entre 40 canaux, ce montant devrait demeurer le même et être redistribué à toutes les chaînes, qu'elles soient spécialisées ou généralistes. Une façon de faire à laquelle s'oppose farouchement Astral dans son mémoire. Il a toutefois été impossible de recueillir les commentaires des représentants du groupe à ce sujet.

Aux yeux de Pierre Bélanger, il est toutefois irréaliste de croire que les chaînes généralistes pourront obtenir leur part du gâteau sans faire gonfler la facture du câble. «Le problème, c'est que toutes les chaînes spécialisées aujourd'hui repose sur un modèle d'affaires qui tient compte des entrées de revenus qu'elles ont présentement.» Pour boucler leur budget, elles ne peuvent donc pas faire face à une diminution de revenus, ce qui se produirait s'il y avait une redistribution des redevances.

Et si le CRTC donne le feu vert aux chaînes de télévision en direct pour percevoir des frais d'abonnement, il ne s'agit pas d'un chèque en blanc, prévient Denis Carmel, porte-parole du CRTC. L'organisme pourrait demander en retour aux canaux d'investir davantage dans les productions canadiennes.


Haute définition

La nécessité pour les télédiffuseurs canadiens de transformer leur programmation pour aller vers la haute définition sera aussi abordée lors des audiences, explique Denis Carmel. En fait, cet enjeu est directement lié à la problématique des redevances puisque les chaînes généralistes, qui diffusent présentement en mode analogique, devront moderniser leur équipement afin de passer au numérique. D'où un criant besoin d'argent.

Dès 2009, les États-Unis se convertiront pour de bon à la haute définition. Ainsi, les chaînes américaines diffusées au pays entreront directement en compétition avec les canaux canadiens.

«Devant cette situation, est-ce qu'on va forcer les télédiffuseurs a abandonné l'analogique pour le numérique? s'interroge Denis Carmel. Ils doivent le faire, sinon ils risquent de rester sur le carreau», croit-il.

«Dans l'avenir, les émissions qu'on va acheter à l'étranger seront en haute définition et nous n'aurons pas de système en mesure de reproduire cette qualité, poursuit Pierre Bélanger. Tous les grands partenaires du G8 vont être en haute définition. Tous tes voisins viennent de changer de bagnole, qu'est-ce que tu fais avec la tienne qui a déjà huit ans? Les gens de ton quartier vont te montrer du doigt.»


Ce qu'ils demandent

Quebecor (TVA):

>L'obtention de redevances pour la télévision en direct, sauf dans le cas de la Société Radio-Canada, car Quebecor estime que les télévisions publiques comme la SRC et CBC obtiennent déjà un soutien financier de la part du gouvernement fédéral;

>La redistribution de la globalité des redevances et non l'augmentation de ces redevances afin d'éviter que la facture de cablôdistribution refilée aux consommateurs soit plus élevée;

>L'élimination des règles limitant la publicité à 12 minutes par heure tout en limitant le temps de publicité sur les ondes de la SRC à six minutes par heure;

>La déréglementation de tout ce qui encadre le placement de produit;

>La possibilité de pouvoir produire entre ses murs toutes ses émissions afin d'en contrôler les droits et de pouvoir les diffuser sur d'autres fenêtres;

>L'élimination des règles interdisant la communication entre les salles de nouvelles de différents médias.

TQS demande:

>L'obtention de redevances pour la télévision en direct à raison de 70 cents par abonné la première année et 1$ la deuxième année;

>Le maintien de la réglementation visant à limiter la publicité à 12 minutes par heure;

-La déréglementation de tout ce qui encadre le placement de produit;

-L'investissement par les télédiffuseurs de 35% de leurs revenus bruts en productions canadiennes.

Radio-Canada demande:

-L'accès à des redevances (que la SRC appelle plutôt frais d'abonnement) pour les chaînes de télévision publique (chaînes conventionnelles);

-L'établissement de ces redevances en fonction "la contribution des différentes chaînes au système et à l'enrichissement de la qualité du système" qui pourraient se traduire par exemple par la production de dramatiques ou d'émissions régionales;

-Le maintien d'un système mixte composé de chaînes publiques (Radio-Canada, Télé-Québec) et de chaînes privées (TVA, TQS);

-L'établissement d'un système de distribution hybride qui permettrait à un plus grand nombre de personnes possibles - dans les grands centres - de continuer à syntoniser les chaînes généralistes sans devoir être abonnées au câble.

Astral demande:

-Le maintien de ses redevances, c'est à dire que Astral ne veut pas avoir une diminution de ses frais d'abonnement au profit des chaînes conventionnelles;

-Le maintien de la réglementation visant à limiter la publicité à 12 minutes par heure;

-Si le CRTC souhaite obliger les chaînes généralistes à investir un pourcentage de leurs revenus dans la production canadienne, l'établissement des montants devraient être fixé au cas par cas et non en vertu d'une disposition unique applicable à tous les diffuseurs.

Source: http://www.cyberpresse.ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.fr/ericradio1/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir de la télévision   Aujourd'hui à 11:55

Revenir en haut Aller en bas
 
L'avenir de la télévision
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon métier, ma passion, mon avenir
» [Itw] Bill a peur de l'avenir !
» L'avenir du marché de la musique
» Nouveau site pour l'Avenir de Bourges
» Les disquaires metal ont-ils un avenir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tout et rien-
Sauter vers: